Formations

AFFICHE_Formation 2022-2023 A4 V2       Déroulement « type » d’une journée de formation

8h45 h : Accueil des participants autour d’un café gourmand
9h15 – 12h30 : Exercices divers selon le thème de la journée :
Le déplacement dans l’espace, le regard envers l’autre, les émotions, l’improvisation d’histoire,  la voix, le corps, la création d’image, la gestuelle, le passage d’un personnage à un autre, l’installation du conteur, la présence sur scène, etc…
           12 h 30- 13 h 30 : Repas pris en commun sur place avec contribution de chacun.
13h30 : Racontées individuelles (conte court, ou portion d’un conte) avec le retour du conteur professionnel.
 17h : Échanges, mise en commun des réflexions et remarques
17 h 30 : Fin de la journée.

 


La Parolière propose régulièrement des formations à destination de toute personne

– débutante ou confirmée – intéressée par le(s) conte(s).

N’hésitez pas à nous contacter !

________________________________________________________________________________

Chaque session est structurée en 2 journées (le samedi) espacées de 2 semaines.

Travail à partir du conte populaire et trouver sa voie de conteur :

Réflexion sur le conte

                * Ce qui est dit, le sens, le sensible

                        * Le choix d’un conte

 * Être à l’écoute du conte, chasser les clichés

 * Le conte aujourd’hui

     Approches des techniques de l’oralité

* Prendre la parole devant un groupe, un public

* Poser sa voix

* Mettre en valeur son histoire par le corps, la gestuelle, le regard

* Trouver sa place et ses distances en présence d’un public

* Être à l’écoute du public

Se former à l’art du conte est une manière ludique d’améliorer sa confiance en soi, de gérer son trac en développant le plaisir.

La formation est un moment de partage riche, détendu et bienveillant.

________________________________________________________________________________

Quelques photos de la  journée de formation du 23 avril 2022 :

IMG_20220423_141943

Mathilde en pleine improvisation

 

 

Chaque participante prépare en quelques minutes le conte qu’elle a choisi avant de le dire aux autres

IMG_20220423_152733IMG_20220423_152744IMG_20220423_152738

Claudine, Blandine et Martine sont très concentrées !
IMG_20220423_160409
IMG_20220423_142915 Explications de Pascal puis débrief avec Mathilde. Tout le monde en profite !

Pascal Thétard conteur professionnel du Collectif artistique EutectiC nous parle.

Vidéo de Pascal Thétard : cliquez sur ces mots pour ouvrir la vidéo

Pascal ThétardPourquoi se former à raconter des contes avec Pascal ?

Nous réduisons souvent le conte populaire à de petites histoires anodines pour endormir les enfants. Je crois que c’est parce qu’on en a peur et à juste titre!

Qu’on l’appelle conte populaire, ou traditionnel, ou conte merveilleux, quand il est raconté avec cœur et vérité, il devient subversif.

Le conte remet en cause tout ce qui est établi, il invite à agir, à prendre en main, à ne pas se laisser berner  par les discours moralistes, ou fatalistes ou financiers.

Le conte ne connait pas les frontières, les mêmes trames ou squelettes d’histoires se retrouvent dans le monde entier. Les langues, les cultures donnent à toutes ces histoires des visages différents mais le cœur bat et l’air est toujours respiré de la même façon.

Il n’y a pas de baguette magique dans le conte merveilleux. Le merveilleux ne s’opère que si tout est en accord avec l’ordre cosmique, que si le cœur est en accord avec son environnement, avec la nature, les vents les pluies et les étoiles.

Je ne connais pas de conte réactionnaire ou s’il est entendu comme tel c’est qu’il est mal servi. Le conte invite toujours à aller de l’avant, mais jamais dans l’égoïsme.

Chacun de nous peut être en fonction des âges de sa vie Prince ou Princesse, Roi ou Reine et enfin tous nous serons sorcière ou sorcier (celle ou celui que les initiations puis les vicissitudes de la vie a amené au savoir). Pas besoin de posséder, pas besoin de commander, et s’il s’agit de guerroyer, c’est avec soi-même pour atteindre ces états d’être.

 

Le conte populaire fait peur parce qu’il nous met face à nous-mêmes.

C’est en prenant le risque de sa propre parole que l’on découvre un conte, pas en recrachant texto ce que l’on a entendu ou lu.

Lors des ateliers et des stages, j’invite chacun à trouver sa voix et sa voie dans les contes.

Je pense que chacun de nous a un registre d’histoires qui lui convient, encore faut-il le découvrir. Nous nous y attelons. Une fois cette voie empruntée et après quelques histoires bien digérées, rien n’empêche d’aller tester d’autres chemins.

Pour conter il est également nécessaire de savoir poser sa voix, donc de la trouver. Très souvent mis en situation de raconter un registre imaginaire, nous perdons notre voix pour en prendre une formalisée et scolaire. C’est tout un travail  que de s’en rendre compte et d’y remédier !

Trouver sa voix c’est assumer d’être, avoir plaisir à être, être là pleinement présent dans son histoire et à tout instant. C’est avoir la modestie d’être au service de l’imaginaire, de lui ouvrir la porte et le laisser prendre toute son ampleur.

Trouver sa voix peut faire peur car c’est être enfin libre de dire sans se regarder, sans s’écouter, sans s’autocensurer.

Nous nous « entraînons » à être là dans l’atelier ou devant des auditeurs pour raconter une histoire qui apparemment ne veut rien dire, n’a pas d’utilité immédiate, bref ne sert pas à grand-chose et pourtant c’est en étant dans sa voix et dans un état d’abandon du quotidien que l’histoire révèle toute sa vérité intemporelle et qu’elle parle et soigne au plus profond de chacun d’entre nous.

Chacun est invité à découvrir le conteur caché en lui et à le laisser s’exprimer en pleine lumière. Il y a autant de conteurs différents que d’individus dans l’atelier. Il n’y a pas de formatage ni de règles préconçues.

Les ateliers sont un lieu de paroles de vies car les contes sont les métaphores des vies. Grace aux contes, sans se dévoiler, on parle de qui nous sommes face aux différents âges de la vie, face à la naissance, la maternité, la paternité et la mort. On peut raconter une même histoire pendant des années. Si elle n’est pas récitée, elle prend des couleurs différentes avec l’âge, les points forts se déplacent, ce ne sont pas tout à fait les mêmes pensées qui sont partagées.

L’atelier et les stages sont des moments privilégiés où l’imaginaire nourrit la parole, la rénove, la rajeunie. Ce sont de riches occasions de rompre avec le train train, de prendre de la distance avec le quotidien pour y revenir avec fraîcheur et entrain.

Enfin et surtout dans ces ateliers nous renouons avec le plaisir de la concentration et de l’écoute respectueuse. Il n’y a jamais de jugement, mais partage de points de vue.